Suivez les Capitales

Chronique historique: Un printemps mémorable

21 juin 2017

Par notre historien Daniel Papillon.

Dans le monde du baseball, l’hiver est synonyme de saison morte, mais certaines années sont plus mouvementées que d’autres et ce fut le cas en 1973. L’année précédente se termine sur une bien triste note alors que le baseball perd une de ses grandes vedettes, Roberto Clemente.

Le célèbre voltigeur des Pirates de Pittsburgh décède dans un accident d’avion le 31 décembre. Clemente venait à peine de décoller de Porto Rico lorsque l’avion dans lequel il prenait place s’écrase en mer. Il était en route vers le Nicaragua où il allait porter des vivres aux victimes du récent tremblement de terre. Quelques mois auparavant, lors de sa dernière apparition au bâton en saison régulière, il avait obtenu un double contre Jon Matlack des Mets pour atteindre le plateau convoité des 3 000 coups sûrs en carrière.

À peine quelques jours plus tard, soit le 3 janvier, les Yankees de New York sont vendus pour la somme de 10 millions de dollars. L’homme d’affaires de Cleveland, George Steinbrenner, devient le nouveau propriétaire. Celui que l’on surnomme « le Boss » marquera l’histoire de l’équipe et de tout le baseball.

1973, c’est aussi la dernière année de la version originale du Yankee Stadium qui a ouvert ses portes en avril 1923. Au terme de la saison, le vénérable stade est l’objet d’importantes modifications et les Yankees doivent partager le domicile des Mets en 1974 et 75.

Le 29 mars est mise à l’essai une idée du coloré propriétaire des A’s d’Oakland, Charles O. Finley, lors d’une partie du camp d’entrainement. Les Athletics s’inclinent 11 à 5 aux mains des Indians dans une partie ou des balles orange sont utilisées. Sans grande surprise, l’innovation proposée par Finley est rejetée par ses compères plutôt conservateurs.

Un nouveau règlement est cependant adopté dans la Ligue américaine, le frappeur désigné. Ce règlement ne fait toujours pas l’unanimité quarante ans plus tard puisque la Ligue nationale n’a pas encore jugé bon de le ratifier. Le 6 avril, au Fenway Park de Boston, Ron Blomberg des Yankees devient officiellement le premier frappeur désigné à se présenter au bâton en saison régulière, il soutire un but sur balles à Luis Tiant.

Mais l’évènement qui, sans contredit, marque le printemps 1973 est l’échange de conjointes entre Mike Kekich et Fritz Peterson, deux lanceurs gauchers avec les Yankees. Les deux coéquipiers et amis rencontrent la presse séparément le 4 mars. D’abord Kekich le matin puis Peterson en après-midi. Ils annoncent que d’un commun accord des deux familles impliquées, qu’ils avaient procédé à un échange d’épouses, d’enfants et même de chiens.

Cette annonce publique ne fait que formaliser une situation que les deux couples vivent depuis plusieurs mois maintenant. L’échange aura des répercussions importantes sur les plans personnel et professionnel des personnes impliquées.

Aucun des deux joueurs ne connaitra de succès par la suite. Très tôt dans la saison, Kekich est échangé à Cleveland et après la campagne, il est envoyé au Texas. Ironiquement, Peterson suivra le même chemin, mais sans toutefois rejouer avec son ancien coéquipier.

Sur le plan personnel, les parcours seront très différents. Fritz Peterson et Susanne Kekich sont toujours ensemble aujourd’hui. Après une procédure de divorce, ils se sont mariés et ont eu des enfants ensemble. Pour Mike Kekich et Marylin Peterson, l’expérience n’aura duré que quelques mois. Kekich a refait sa vie avec une autre femme et ils vivent dans l’anonymat quelque part au Nouveau-Mexique, gardant un goût plutôt amer de cette aventure.