Suivez les Capitales

Le Japon sourit aux anciens Capitales

20 novembre 2018

La plus récente revue de presse de l'actualité de l'équipe vous retrace le parcours de 3 anciens Capitales qui ont fait le saut dans le baseball japonais. 

Première saison réussie pour Gracial

Lors des campagnes de 2016 et de 2017, Yurisbel Gracial avait été un rouage important des Capitales. Combinant des capacités défensives impressionnantes et une constance remarquable dans le rectangle des frappeurs, Gracial s’était vite fait remarquer dans le Vieille-Capitale. En 182 matchs de saison régulière à Québec, le Cubain a conservé une moyenne au bâton à ,327 tout en frappant 22 longues balles, produisant au passage 123 points. Son passage à Québec s’est terminé avec la conquête du championnat en septembre 2017, tout juste après avoir été honoré à titre de joueur de 3e but de l’année à travers la Can-Am.

Après 2 excellentes saisons lui permettant de terminer parmi les finalistes à la position de 3e but sur l’équipe d’étoiles B45 des 20 ans des Capitales de Québec, Gracial a vu son souhait d’évoluer dans un grand marché asiatique être exaucé. Au printemps dernier, l’ancienne gloire des Cocodrilos de Matanzas s’envolait pour le Japon pour y disputer une première saison professionnelle en sol asiatique.

Maintenant de retour à Cuba, le polyvalent joueur cubain a récemment tracé un bilan positif de sa dernière campagne. Dans la Ligue japonaise du Pacifique, une ligue réputée pour la qualité de ses lanceurs, Gracial, qui a joué 54 rencontres de saison régulière avec les Hawks de Fukuoka SoftBank, a connu une bonne saison en terminant entre autres dans le top 10 des frappeurs de ligue pour la moyenne au bâton (,292). Tout comme à Québec, Gracial fut utilisé à plusieurs positions autant à l’avant-champ que dans le champ extérieur. L’actuel joueur de 33 ans estime en avoir fait assez pour renouveler son expérience au pays du soleil levant pour ce qui deviendrait sa 11e année dans le baseball professionnel : « Je crois que je n’ai pas mal fait. Ça oui, la question du renouvellement du contrat est entre leurs mains [parlant des dirigeants japonais de l’équipe]. »

Albers se plaît au Japon

À la suite d’une première saison épatante en sol japonais, le lanceur gaucher a paraphé une entente évaluée à plusieurs millions de dollars sur une durée de deux ans avec les Buffaloes d’Orix dans la Ligue japonaise du Pacifique.

Membre de l’édition gagnante du championnat de la Ligue Can-Am en 2010, Andrew Albers a gravi de nombreux échelons dans le fastidieux monde qu’est le baseball professionnel. Le temps d’une saison, le natif de la Saskatchewan, aura eu le temps de dominer les frappeurs de la Can-Am, affichant au terme des ses 40 apparitions en relève dans l’uniforme québécois et des ses 17 sauvetages, une retentissante moyenne de points mérités à 1,40.

Converti en partant dans le baseball affilié, il a côtoyé les meilleurs de sa profession le temps 120,2 manches dans le baseball majeur avec les Twins du Minnesota, les Blue Jays de Toronto ainsi que les Mariners de Seattle. En 2018, il avait accepté de se joindre aux Buffaloes d’Orix, avec lesquels il a remporté 9 départs et n’a subi que 2 défaites. Il a conservé une excellente moyenne de points mérités à 3,08. La concession d’Orix au Japon est la même pour laquelle Ichiro Suzuki a évolué avant de faire le saut en Amérique du Nord. Albers a également eu le privilège de participer à la plus récente World Baseball Classic en 2017 pendant laquelle il a représenté l'équipe nationale canadienne. 

Nouveau départ pour Regnault

Après avoir complété sa deuxième saison dans la filiale AAA des Mets de New York, le releveur Kyle Regnault a décidé de se joindre à l’organisation des Toyo Carp d’Hiroshima dans la Ligue japonaise Centrale. Le lanceur qui soufflera ses 30e bougies a accepté l'offre de contrat de l'équipe trois fois championne de sa ligue.

L’histoire de Regnault en est une autre belle parmi celles impliquant d’anciens Capitales. Jamais repêché, l’Américain a vécu le temps de deux étés à Québec, lançant près de 150 manches et lui permettant de voir de l’action autant en relève qu’à titre de lanceur partant. En 2013, il avait remporté avec les Capitales le championnat de la Ligue Can-Am. Il a par la suite gravité dans l’organisation des Mets pendant 4 saisons.

En 2018, il a mené l’enclos des releveurs de son équipe, les 51ers de Las Vegas, au chapitre des manches lancées avec 60,1 tout en conservant un impressionnant ratio de retraits sur des prises par manches lancées de 1,36.